Mémoires enfuient et chemin de vie

Aujourd’hui nous sommes Mardi. Et normalement le mardi on travail… Mais aujourd’hui j’ai fait un peu de Yoga, regardé des témoignages poignants sur internet et beaucoup d’épisodes de mon feuilleton du moment.

Mais surtout j’ai laissé un souvenir d’enfance et toute les émotions qui l’accompagnent remonter à la surface. J’ai pris conscience que ce souvenir peu glorieux et encore flou avait influencé ma vie beaucoup plus que je ne l’imaginais. 

Ma vie sentimentale surtout et mon rapport aux autres (et certaines parties de moi même. ) Et très vite d’autres souvenirs ont suivi, semant en moi le trouble et le désarroi.

J’étais alors comme paralysée. Je ne pouvais plus penser, agir ou réfléchir. Etait-ce vraiment arrivé? que cela engendrait-il? comment avais-je pu autant le minimiser? Et surtout allais-je réussir à gérer cela ?

Et ce n’était que le début… 


Car c’est ensuite la rage et la colère qui m’ont envahie. Contre les hommes, la société et le manque de responsabilité de chacun. J’ai pensé à mes ex, leurs comportements, les gens, ma famille. Et j’ai compris qu’ils me renvoyaient à mes blessures et ma tristesse.

J’ai alors décidé de laisser ces émotions me traverser, m’envahir même. Sans jugement, en les observant sans trop chercher à les comprendre je les laissais s’exprimer,  grandir en moi de plus en plus pour mieux les laisser sortir et m’en libérer.

Des jours de pleurs, d’enfermement sur moi et de fatigue s’en sont suivis. Mais je me suis autorisée à passer une, plusieurs journées en pyjama sans sortir. A utiliser ce que j’avais appris depuis ces dernières années pour transcender cela le plus rapidement possible tout en laissant la place aux souvenirs de s’exprimer une dernière fois. 

Après quelques jours j’ai remis le nez dehors, un peu. Il fallait trouver l’équilibre entre l’écoute de son soi blessé et la discipline de continuer à avancer… et tous les jours un peu plus.

Nous sommes aujourd’hui samedi. La société pourrait penser que cela n’a pas été une semaine productive. Je n’ai pas bossé sur mon site, je n’ai pas fait de pub pour ma formation et encore moins réglé les problèmes administratifs.

Mais au contraire… j’ai laisser échapper une colère, une rage même que je n’imaginai pas contenir. Réouvert des blessures que je pensais guéries et fait un nouveau bon de conscience.


Après presqu’une semaine de black out. Je comprends mieux mon passé, accepte le présent et peux mieux appréhender l’avenir. Le transcendement en amour viendra plus tard, il ne faut pas non plus brusquer les choses et accepter que je suis encore une écolière de la vie.

Mais si ce souvenir et cette prise de conscience sont ressortis aujourd’hui c’est que j’étais maintenant capable de les gérer. 

Mais surtout je me suis donnée le temps de gérer cette situation. Si j’avais dû partir au bureau, m’occuper des enfants ou même de mon compagnon aurais je laissé cette émotion me traverser comme je l’ai fait? ou l’aurais-je enfouis sous un sourire au plus profond de moi espérant ne plus jamais la revoir?

Se donner du temps pour évacuer ce qui nous ronge, ce qui nous influence de façon négative dans notre quotidien et nos relations devrait être dans notre liste de priorités. Parfois ce n’est pas le moment et on repousse à plus tard.  Alors on accumule les émotions refoulées, les blessures oubliées jusqu’au jours où la coupe est pleine et il devient alors impossible de ne plus les voir et surtout de les gérer. 

Se donner du temps régulièrement pour laisser échapper une émotion, remonter une blessure et s’en libérer définitivement (jusqu’à la prochaine) est plus important qu’on ne veut bien le croire.

On verra dans quelques semaines, mois… Mais pour le moment j’accueille avec gratitude cette mémoire qui m’a bien fait travailler et comprendre l’origine de certaines peurs.

La rage et la tristesse m’ont envahie mais je ne les ai pas laissés me détruire. Au contraire, je n’ai pas laissé mes anciens schémas de destruction perso se reproduire et j’ai pris conscience de ceux que je que continuais de m’infliger.

Je sais que j’ai le pouvoir de faire en sorte que ces peurs n’affectent plus mes décisions et mon avenir. 


Il en reste encore beaucoup d’autre, mais je continue d’avancer chaque jour plus forte, chaque jours plus sûre, chaque jour plus vite .... sur le chemin de la compréhension de soi de la conscience et de l'amour.

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout